MA-MARC
Maarouf Nom de personne arabe signifiant celui qui connaît (ma `ruf). Dérivé : Maaroufi.
Maas Voir Maes.
Mabille Assez courant en Normandie et en Picardie, correspond au nom de baptême Aimable (latin amabilis = digne d'être aimé). C'était au moyen âge un prénom féminin (Mabile la plastrière, Paris 1292). Variante : Mabile (61). Diminutifs : Mabilais (44, 35), Mabilat, Mabillat (18), Mabileau, Mabilleau (37, 41), Mabillon (77), Mabillot (36), Mabillotte, Mabilotte (02, 60).
Mabjean Nom breton qui désigne le fils (mab) de Jean.
Mabrouk Nom de personne arabe signifiant celui qui est béni, fortuné (arabe mabrûk). Dérivé : Mabrouka.
Macabiès Patronyme qui renvoie au nom de personne Macchabée (latin Maccabaeus, provenant peut-être de l'hébreu maqqavah = marteau). Macchabée était le surnom de Judas, guerrier juif du IIe siècle av. J.C. Le livre des Macchabées est un livre de l'Ancien Testament racontant la lutte des Juifs contre Antiochos IV et ses successeurs. Le nom Macabiès est occitan, on le rencontre chez nous surtout dans la commune de Ponteilla. Désignait-il des juifs au moyen-âge ? Ce n'est pas impossible, même si on rencontre parfois Macabé et sa variante Macabré (confusion avec l'adjectif macabre, lui-même issu de l'arabe maqâbir = cimetières) utilisés comme nom de baptême.
Macadré Le patronyme est surtout présent dans l'Aisne. Il pourrait s'agir d'un diminutif du nom Macard, rencontré dans le même département (dans ce cas il y aurait eu métathèse du r). Quant à Macard, c'est un nom de personne d'origine germanique, Maghard (mag = force + hard = dur). Mais précisons qu'il ne s'agit que d'une hypothèse. Autre hypothèse : une variante du nom de baptême Macaire, ce qui pourrait être aussi le cas pour les formes Macaigne et Macaisne, toujours dans l'Aisne.
Macaire, Macary, Macari Ancien nom de baptême, venant du latin Macarius, issu lui-même du grec makarios (= bienheureux). Le patronyme Macaire assez courant en Picardie. Macari et Macary sont des formes méridionales.
Macaux Rencontré de la Belgique à la Picardie, c'est sans doute un nom de personne d'origine germanique, Makwald (magan = force + waldan = gouverner). Variantes : Macau(09), Macaud (Poitou-Charentes), Macault (49, 53). Autres formes avec ch : Machaud (33), Machault, Machaux (08).
Maccio, Maccione Noms italiens. Ce sont sans doute des dérivés du nom de baptême Giacomo (= Jacques), formés par aphérèse, avec suffixe péjoratif -accio.
Macdonald Egalement McDonald. Désigne en Ecosse ou en Irlande le descendant de Donald, nom de personne gaélique, Domhnall, composé des éléments dubno (= monde) et val (= force).
Macé voir Massé.
Mach Sans doute un sobriquet. Au départ, le mot catalan mac désigne un caillou, mais, par métaphore, il signifie obtus, qui a du mal à comprendre.
Machefert Le nom est surtout porté en Charente-Maritime et en Vendée. On trouve la variante Machefer (Mâchefer) dans l'Allier, le Centre et le Limousin. Le verbe machier signifiait en ancien français broyer, froisser, meurtrir. Donc, mot à mot, celui qui brise le fer. Le terme a été employé en moyen français pour désigner un spadassin. C'est peut-être la bonne définition, à moins qu'il ne s'agisse tout simplement d'un surnom donné à un fanfaron (hypothèse de M.T. Morlet).
Machiavelli Ou bien sûr Machiavel (peut-être aussi Machievel). Nom italien rencontré également sous les formes Macchiavelli, Macchiavello, Machiavello. Il signifie mot à mot 'mauvais clou', et est considéré le plus souvent comme un surnom lié aux capacités sexuelles de son porteur.
Machicoane Nom porté dans le Loiret. Variantes : Machicoine, Machicoisne. Il signifie mot à mot "celui qui broie la couenne". Au moyen âge, la couenne (écrit coane le plus souvent) désignait notamment la peau de porc raclée utilisée en cuisine. Le patronyme pourrait donc être le surnom d'un cuisinier.
Machin Nom porté notamment en Saône-et-Loire. Peut-être le surnom d'un personnage trompeur, à rapprocher du verbe d'ancien français machiner (= comploter). Autre forme : Machine (70). Diminutif : Machinet (51, 55). Autre hypothèse : Machin pourrait être comme Magin un diminutif de Demange, Demanche (= Dimanche, autrement dit le prénom Dominique).
Machinal Dérivé de Machin (voir ce nom) porté notamment dans la Haute-Vienne, où l'on trouve aussi la forme Machinaud.
Machony Difficile de se prononcer, vu l'extrême rareté du nom. Il pourrait s'agir d'un patronyme sarde (forme attestée il y a quelques siècles), équivalent de l'italien Maccione, Maccioni (nom formé sur Giacomo = Jacques), mais est-ce bien le cas ? Impossible de se prononcer sans données généalogiques.
Macias Patronyme espagnol correspondant au français Mathias (hébreu mattithyahû = don de Dieu).
Macintosh Ou McIntosh. Forme anglicisée du gaélique Mac an Toisich, qui signifie le descendant du chef.
Mackay Egalement McKay. Désigne le descendant de Kay, nom de personne gaélique (Aodh = feu, nom de divinité païenne). Variantes : McCay, McCoy, McKoy, McKey, McKee.
Mackenzie Egalement McKenzie. Nom de famille écossais désignant le descendant de Kenzie (gaélique Coinneach = beau, agréable).
Maclean Ou McLean. Nom qui signifie en gaélique le descendant du serviteur de saint Jean (Mac Gille Eoin). Variantes : Maclaine, McLaine, McLane.
Maclou Patronyme porté en Seine-et-Marne et en Normandie (61), également présent dans le Poitou. C'est l'équivalent du breton Malo, nom de baptême latinisé en Maclovius, d'étymologie incertaine (peut-être les mots de vieux breton mach = gage + lou = lumière). Saint Maclou est un moine gallois qui aurait été évêque d'Alet (aujourd'hui Saint-Servant) au début du VIIe siècle, il fait partie des sept saints fondateurs de la Bretagne. Variante : Macloud.
Macmillan Ou McMillan. Désigne le descendant de Maolain, Mhaolain, nom de personne gaélique ayant le sens de 'homme tonsuré'.
Macouin Nom porté en Poitou-Charentes et en Vendée. C'est un nom de personne d'origine germanique, Magwin (mag = force, puissance + win = ami). Variantes : Macoin, Magouin.
Macret Nom porté en Picardie (variante : Macrez). Il semble s'agir d'une forme contractée de Macairet, diminutif de Macaire (voir ce nom).
Macri Ou Macrì. Nom de famille caractéristique de l'Italie du sud. C'est un surnom (éventuellement aussi nom de baptême) ayant le sens de grand, long (grec makrós).
Madec Très répandu dans le Finistère, Madec est un dérivé de mad (= bon, fortuné) qui a été utilisé comme nom de personne. Plusieurs saints se sont appelés Madec, Madeg ou Madoc.
Madeleine Ce nom de famille correspond bien sûr au prénom Madeleine (Magdalena, originaire de Magdala, en Galilée), popularisé par Marie de Magdala (= Marie-Madeleine, assimilée dans l'esprit populaire à la pécheresse repentie de l'Evangile). Comme tous les matronymes, c'est dans le Calvados qu'il est le plus répandu. Variantes : Madelaine, Madeline, et, avec un g étymologique, Magdelaine, Magdeleine. Formes masculinisées : Madelain (89, 49), Madelein (59), Madelin (49, 72), Magdelain (37), Magdelein (17), Magdelin (38).
Madern Nom d'origine incertaine. Peut venir du latin Maternus, un nom de personne dérivé de mater (mère), mais aussi d'un nom germanique, Madelm. La première solution semble la plus probable, d'autant que Padern existe aussi.
Madert Nom assez rare, rencontré dans l'Est. La présence du t final semble interdire le rapprochement avec l'allemand Mader (= moissonneur). Il s'agit sans doute du nom de personne d'origine germanique Madhard (voir Médard).
Madesclaire Nom porté dans le Limousin, surtout en Corrèze. Renvoie sans doute à une ancienne localité, dont deux toponymes corréziens gardent le souvenir : le bois du Madesclaire à Saint-Germain-Lavolps, et le ruisseau du même nom à Sornac. Variante : Madesclair. Sens du toponyme : le mas des Clair (= de la famille Clair).
Madon Nom de personne d'origine germanique, Mado (madal = réunion, conseil), porté dans le Sud-Est (04, 83, 84).
Madore, Madoré Nom breton qui signifie mot à mot "bon secours" : mad = bon + vieux breton uuoret = secours.
Madouri Nom originaire d'Afrique du Nord. Semble correspondre à l'arabe amaddur (= vivant), formé sur idir (= la vie). Le -i final marque l'appartenance à une famille ou à un clan.
Madrid Désigne celui qui est originaire de la capitale espagnole ou d'autres localités plus petites portant le même nom. L'étymologie du toponyme est incertaine. La plus ancienne mention remonte à 932 et comporte la forme Magerit, qui pourrait venir de l'arabe populaire majra (= ruisseau, aqueduc), mais on a proposé bien d'autres solutions.
Maenhoudt Porté surtout en Belgique, c'est un nom de personne d'origine germanique, rencontré aussi sous les formes Maenhaut, Maenhout (Nord-Pas-de-Calais). Il est composé des racines man (= homme) et waldan (= gouverner).
Maertens Variante flamande de Martin, avec s final marquant la filiation.
Maes, Maas L'un des trois noms les plus portés en Belgique. C'est un diminutif de Thomas, formé par aphérèse. On trouve fréquemment les formes Maessen, Maassen(s), avec génitif de filiation.
Maestracci Un nom typiquement corse, dérivé sans doute péjoratif de Maestro, Maestri (= le maître, en général maître artisan).
Maestrati Nom corse qui est un diminutif de Maestri, ce dernier nom correspondant à maestro, l'équivalent du français maître. Pour le sens, voir Mestres.
Maffi Nom italien. Variante de Matteo, Mattei (= Matthieu), portée surtout en Vénétie et en Lombardie.
Mafille Nom surtout porté dans l'Aisne et la Somme (variante Mafil). Il s'agit à mon avis de la déformation d'un plus ancien Maufille, signifiant le mauvais fils ou la mauvaise fille. Ce dernier nom est attesté en 1346 (Jehans Maufille, à Arras).
Magal Surtout porté en Dordogne et dans la Haute-Vienne, le nom correspond à l'occitan magalh, qui désigne une houe (surnom de l'utilisateur de cet outil), mais aussi au sens figuré un nigaud.
Magand Nom surtout porté dans la Loire. Variante : Magant. Il semble s'agir d'un nom de personne d'origine germanique, formé sur la racine magan (= force, puissance).
Magat Patronyme surtout porté dans la Loire. Semble un diminutif de l'ancien occitan maja, qui désignait celui qui est le plus grand, l'aîné.
Magdelenat Diminutif masculin de Madeleine (voir ce nom), porté notamment dans la Nièvre et le Loiret. Variantes : Magdelainat, Magdeleinat, Magdelinat.
Magendie Patronyme porté en Béarn, de sens incertain. Il a été utilisé comme nom de baptême au moyen âge, et pourrait être un nom de personne d'origine latine formé à partir du mois de mai. A noter cependant l'existence d'un hameau appelé Magendie à Aressy (64).
Magerand Nom porté dans un secteur géographique très homogène (03, 58, 71). La signification me semble obscure. Peut-être un diminutif de Mage (= le plus grand, l'aîné), mais ce n'est qu'une très timide hypothèse.
Maggioli Ce nom italien évoque le mois de mai. Peut-être le surnom d'un enfant trouvé en mai, d'autres solutions étant sans doute possibles. Le problème des anthroponymes liés à un nom de mois n'a en effet pas été vraiment résolu. Certains étaient sans doute des prénoms médiévaux.
Magloire Essentiellement porté aujourd'hui dans les départements d'Outre-Mer, c'est un ancien nom de baptême popularisé par un saint breton d'origine galloise ou irlandaise, Maglor, qui devint évêque de Dol en 565. Retiré ensuite dans l'île de Sercq entre la France et Guernesey, il y fonda un monastère. Etymologie incertaine, sans doute gaélique.
Magnaval Désigne celui qui est originaire de Magnaval, hameau à Saint-Hilaire-les-Courbes, en Corrèze. Sens du toponyme : le grand vallon, la grande vallée.
Magne Nom de baptême très fréquent au moyen âge en Auvergne (Magnus = grand). Plusieurs saints ont conribué à sa popularité. On rencontre parfois ce patronyme accompagné d'un prénom, de façon à éviter les risques de confusion. Exemple : Magne François.
Magnette On rencontre le nom en Lorraine (88, 54) ainsi qu'en Belgique. Il pourrait s'agir d'un diminutif (sans doute matronyme) formé sur Magnier, nom de personne d'origine germanique (Maginhari : magin = force + hari = armée). Mais d'autres solutions sont possibles (voir Manet). En Belgique, il peut aussi s'agir d'un diminutif du prénom Marie.
Magnin Peut-être un diminutif de Magne (latin Magnus = grand), qui fut une nom de baptême très courant au moyen âge, mais plutôt une variante de Maignan, qui désignait un chaudronnier ambulant. Le patronyme est fréquent dans la région lyonnaise.
Magny Outre Paris et la région lyonnaise, c'est dans l'Yonne que le nom est le plus répandu. Il désigne celui qui est originaire de Magny, nom d'une trentaine de communes françaises et de très nombreux hameaux. Origine du toponyme : sans doute le latin mansionile (= maison, domaine rural), mais il peut aussi s'agir d'un nom de domaine gallo-romain formé à partir du nom d'homme latin Magnius.
Magre Sobriquet appliqué à une personne maigre. Le nom se rencontre en Bretagne (56, 44, souvent sous la forme Magré) et en Languedoc (12). Diminutifs : Magreau, Magreault (18), Magret (33, 59, 62), Magrex (56, 44), Magrey (70), Magrez (56, 59, 62).
Magro Nom d'origine italienne, surnom donné à une personne maigre. Variante plurielle : Magri. Diminutifs : Magrino, Magrini.
Magrou Rencontré dans des régions très diverses (Lorraine, Languedoc, Bretagne), semble le plus souvent un diminutif de l'adjectif maigre. On trouve en Lorraine la forme voisine Magron.
Mahé Nom breton, très présent dans la Loire-Atlantique, qui correspond au prénom Matthieu (voir Mathieu).
Maheu Porté en Normandie et en Bretagne, c'est un ancien nom de baptême, pour lequel on peut hésiter entre une variante de Matthieu ou une forme populaire de Mathilde (à rapprocher de Mahaut, Mahout). Formes voisines : Maheut (14, 76, 51), Maheux (50, 28, 27), qui elles semblent plus proches de Mahaut.
Mahieu Variante de Matthieu (voir Mathieu) portée de la Normandie au Nord-Pas-de-Calais. Autres formes : Mahieus, Mahieuw, Mahieux, Mahieuxe.
Mahmoud Nom de personne arabe signifiant loué, digne d'éloges (maHmûd). Dérivés : Mahmoudi, Ben Mahmoud, Benmahmoud (ben = fils).
Mahnane Nom à rattacher à la racine arabe H.n.n, contenant l'idée de tendresse. Sans doute le surnom d'un homme plein de bonté.
Mahon Nom porté dans l'Oise, également présent en Alsace et dans le Doubs. Il s'agit sans doute d'un ancien nom de baptême, formé à partir de Mahaut (= Mathilde). A noter cependant qu'en ancien français le mot mahom correspond à Mahomet, et donc à tout ce qui est lié à la religion musulmane, au paganisme. Par extension, il a désigné quelqu'un de mauvais. Il existe aussi des Mahon en Irlande (penser à Mac Mahon), mais le sens est évidemment tout autre : c'est une forme anglicisée du gaélique Mathghamhain (= ours).
Mahot Variante de Mahaut, qui correspond au prénom Mathilde.
Mahoudeau Diminutif de Mahout, qui est lui-même une forme populaire du prénom Mathilde. On rencontre les Mahoudeau dans le Centre (37, 41) et dans la Sarthe. Variantes : Mahoudaux, Mahoudeaux (08), Mahoudo (22).
Mahuet Surtout porté dans la Marne, c'est un diminutif de Mahu, qui correspond au prénom Matthieu.
Maignan Fréquent dans la Mayenne et les départements voisins, le nom désigne un ancien français un chaudronnier ambulant (sens attesté en 1268). Il vient apparement du bas-latin machina (= métier). Variantes : Maignien (10, 52), Magnan (13, 83, 86), Magnain (79), Magnien, Magnient (71, 70).
Maigre Sobriquet appliqué à une personne maigre, rencontré surtout dans les Hautes-Alpes et la Vienne. Diminutifs : Maigrat (88, 55), Maigret (60, 51), Maigrez (59), Maigron (07, 63), Maigrot (52, 10, 25).
Mailfert Porté surtout en Lorraine (variante Mailfer) et dans l'Ille-et-Vilaine, c'est une contraction de Maillefer, Maillefert (39, 88, 52, 35), désignant un fabricant de cottes de mailles ou le porteur de ce vêtement défensif.
Mailhebiau Nom surtout porté dans l'Aude. Variantes : Mailhebuau (34), Maillebiau (31), Maillebuau (12). Surnom donné à celui qui abattait les boeufs à l'aide d'une masse (malh). On trouve, avec le même sens, les patronymes Matabiau (31), Matabos (64), le verbe matar signifiant tuer.
Maillard Très porté en Normandie et en Picardie, c'est un nom de personne d'origine germanique, qui peut être au départ soit Magilhard > Malhard par contraction, soit Amalhard > Malhard par aphérèse. Dans les deux cas, hard = dur. Magil serait une forme élargie de mag = force, amal serait le nom d'un peuple ostrogoth, ou encore un adjectif signifiant laborieux. Ne pas oublier une autre hypothèse, surtout pour Maillard : un dérivé de mail = maillet. On rencontre la forme avec particule de Maillard dans le Bordelais.
Maille Le nom est porté dans le Nord et dans la Somme, mais aussi dans le Var. Plusieurs sens possibles : celui qui utilise un mail (marteau de forgeron), qui porte une cotte de mailles, qui prélève l'impôt appelé la maille. Dans les Alpes, on pensera surtout à un toponyme avec le sens de pic, sommet.
Maillet Le sens est le même que celui de Maillot (voir ce nom), seul le suffixe étant différent. On trouve les Maillet plutôt au nord, et les Maillot plutôt au sud.
Maillien Egalement Maillen, le nom se rencontre en Belgique, mais aussi dans le Massif Central et le Sud-Ouest. En Belgique, il semble désigner celui qui est originaire de Maillen, dans la province de Namur. En terre occitane, il faut peut-être penser à l'adjectif maienc (= du moi de mai).
Mailliotte Nom assez rare porté dans le département du Nord. C'est l'équivalent de Maillot (voir ce nom).
Maillol, Maillols Correspondant au substantif catalan mallol ( en occitan malhol = jeune cep de vigne, lat. malleolum, qui signifie au départ petit marteau), le terme désigne une jeune vigne. Il s'agit soit de celui qui cultive une vigne, soit de celui qui habite au lieu-dit (le) Maillol.
Maillot, Mailhot Surnom désignant celui qui se sert d'un mail, d'un maillet (marteau de bois). Les Maillot sont nombreux dans le Doubs (et à la Réunion), et les Mailhot se rencontrent surtout dans le Puy-de-Dôme.
Maillou Nom surtout porté dans les Deux-Sèvres et l'Indre-et-Loire. Désigne sans doute l'utilisateur d'un maillet, marteau en bois à deux têtes. Il faudrait cependant être sûr que l'occitan malhol (= jeune vigne) ne soit pas monté jusque dans ces régions.
Mailly Désigne celui qui est originaire de Mailly, nom de localité très répandu dans le nord et surtout l'est de la France : huit communes s'appellent Mailly. Sens du toponyme : nom de domaine gallo-romain (Malliacum) formé avec le suffixe -acum sur un nom de personne latin, sans doute Mallius. C'est dans l'Aube et le Nord-Pas-de-Calais que le nom est le plus répandu. Dans l'Aube, il renvoie sans doute à la commune de Mailly-le-Camp. En Picardie, deux communes de la Somme s'appellent Mailly-Maillet et Mailly-Raineval.
Mainard, Maynard, Ménard, Minard Nom de personne d'origine germanique, Maginhard (magin = force + hard = dur). On trouve les Mainard, Maynard soit dans l'Ouest (79), soit dans le Sud-Est (06). Les Minard sont originaires de l'Allier. Quant aux Ménard, très nombreux, is viennent d'un peu partout.
Maindron Nom rencontré dans l'Ouest (49, 85). C'est le diminutif d'un nom de personne d'origine germanique, Maindré, dont la forme primitive est Maginrad (magin = force + rad = conseil).
Mainguy Fréquent en Bretagne, c'est une variante de Menguy (voir ce nom).
Mainhagu Nom de famille basque. Désigne celui qui est originaire de Mainhagu, hameau de la commune de Geüs-d'Oloron (64). On trouve aussi le nom Mainhaguiet, qui renvoie pour sa part à Manhaguieta (commune de Lohitzun-Oyhercq). Sens du toponyme : sous toute réserve, mes connaissances en basque étant limitées, semble se rattacher à mainhu (= lieu où l'on se baigne).
Mainil Rencontré dans le nord de la France et en Belgique, c'est un toponyme très fréquent dans cette région, désignant une exploitation rurale (maison entourée de terres, du latin mansionile), et donc celui qui est originaire d'un lieu-dit (le) Mainil. Variantes : Ménil, Mesnil.
Maire Le nom se rencontre surtout dans l'Est, notamment en Lorraine. Pour le sens le plus couramment reconnu, voir Lemaire. Cependant, vu la proximité de l'Allemagne, il n'est pas interdit de penser que Maire ait pu être aussi une francisation de l'allemand Maier (= fermier), qui a d'ailleurs la même origine (latin major). Dans certains cas (Moselle notamment), vu la fréquence du patronyme, des noms composés formés par adjonction d'un prénom ont été créés (Maire Anstien, Maire Etienne...).
Maisonneuve Il s'agit bien sûr de celui qui est originaire d'un lieu-dit (la) Maison neuve. Le nom de famille est très répandu un peu partout, mais surtout dans la Loire-Atlantique et la Haute-Loire (et l'Ardèche, où l'on trouve le hameau de la Maisonneuve dans la commune de Chandolas).
Maître, Maitre Pour le sens, voir Mestres. Le nom est très répandu en Saône-et-Loire et dans le Doubs. Variante : Maistre (06, 83, 69).
Maîtrehenry C'est une habitude très bourguignonne, mais qui s'étend jusqu'à l'Est, que d'avoir ainsi accolé le terme maître (au sens de maître dans une corporation) à un prénom. Maîtrehenry est lié surtout à la Côte d'Or, Maîtrejean à la Saône-et-Loire, et Maîtrepierre à la Meurthe-et-Moselle. Ce sont les trois exemples les plus caractéristiques de ce curieux assemblage d'un prénom et d'un titre honorifique lié à un métier. Les Maîtrehenry semblent venir tous d'une même commune, Saint-Broing-les-Moins.
Majchrzak Nom polonais qui désigne le fils de Majcher (= Melchior).
Majewski Nom de famille polonais, dérivé de maj (= le mois de mai). Sur la même racine, on rencontre aussi les noms Maj, Majka et Majkowski.
Majid Nom de personne arabe (majîd) signifiant "glorieux". C'est l'un des noms donnés à Dieu. Forme contractée : Mjid. Dérivé : Majdi, qui peut être également un nom de personne à part entière (majdî, même sens).
Majoral Correspond au nom commun catalan majoral (dérivé du latin major), qui peut désigner soit celui qui dirige un groupe de travailleurs agricoles ou de domestiques, soit celui qui est à la tête d'une confrérie.
Majoux Porté dans l'Isère, désigne le plus grand (latin major), autrement dit l'aîné de la famille (distinction traditionnelle major/minor dans les actes anciens). On trouve avec le même sens les formes Majou (85), Major (26), Majour (87).
Maklouf Sans doute une graphie erronée de Makhlouf, nom de personne arabe (makhlûf) qui signifie 'celui qui a eu un successeur' (éventuellement celui qui a succédé). Dérivés : Makhloufi, Makloufi, Mekloufi.
Malacan Désigne celui qui est originaire de Malacan, toponyme rencontré dans l'Aude (Narbonne et Laure-Minervois) et dans le Tarn (Lautrec, Noailhac, Saint-Germain-des-Prés). Sens du toponyme : le mauvais sommet, la mauvaise montagne (racine cam, can). Le nom de famille est porté dans les deux départements ci-dessus.
Malafosse Un toponyme qui signifie mauvaise fosse (la fosse pouvant être aussi un fossé). Désigne une personne originaire d'un lieu-dit portant ce nom. Dans les P-O, c'est à Saint-Féliu d'Avall que ce nom, sans doute occitan, s'est développé.
Malan Nom rencontré en Provence (13, 84). Semble correspondre à l'italien Malano, pour lequel je n'ai hélas aucune explication. A noter cependant que le dictionnaire de M.T. Morlet donne une explication à Malan : ce nom pourrait correspondre à l'ancien français malan, malen, qui désigne une maladie se manifestant par des boutons, des ulcères. Ce serait donc un surnom s'appliquant à celui qui souffre d'une telle maladie.
Malaprade Le nom pourrait être originaire de Corrèze. Il désigne celui qui habite le lieu-dit Malaprada, Malaprade (en occitan la mauvaise prairie). Il existe un hameau appelé Malaprade à Cahuzac, dans le Tarn.
Malaquin Nom fréquent dans le département du Nord. C'est un nom de personne d'origine germanique, Madalo (madal = réunion, assemblée), auquel s'est ajouté le suffixe flamand kin (= enfant).
Malaris Nom rencontré notamment dans le Tarn-et-Garonne. Origine incertaine. On peut éventuellement envisager un nom composé avec mal (= mauvais) et le nom de baptême Aris (voir ce nom), mais ce n'est qu'une timide hypothèse.
Malassis On rencontre ce nom en Normandie (50, 76). Apparemment un sobriquet, mais j'avoue que son sens n'est pas facile à comprendre. A moins qu'il ne s'agisse de la déformation d'un autre nom (un ancien ouvrage mentionne l'adjectif malazit = maudit).
Malatra Désigne celui qui habite un lieu-dit Malatra ou en est originaire. Le toponyme est assez répandu dans la Drôme et l'Isère (hameau à Saint-Sorlin-de-Vienne). Il semble désigner un endroit peu attirant. On trouve également les formes voisines Malatrait (51, 07, 38), Malatray (71, 21, 69), Malatrat (58, 88).
Malby Nom porté dans le Tarn-et-Garonne et plus généralement dans le Sud-Ouest (on le trouve à Toulouse au moins depuis 1500). C'est une variante de Malvy, nom de personne d'origine germanique (Amalwin ou Madalwin), ou latine (Malvinus, dérivé de malva = la mauve).
Malcavet Porté aujourd'hui en Normandie (76), c'est une variante de Malcavat (22, 29, 44). On trouve également Malcava dans l'Orne. Sens obscur. A tout hasard, signalons une piste : en ancien français le mot cavete désignait un coquin, un pendard. Peut-être donc un "mauvais pendard".
Malcoste Le nom, porté en Bretagne (29, 56), est un toponyme ayant le sens de mauvaise côte. Il semblerait que les noms Malcos et Malcoz (29) en soient des déformations.
Maldeme, Maldémé Nom porté en Lorraine (54, 88). Variante ancienne : Maldemay. Sans doute un toponyme, que l'on trouve par exemple dans le hameau de la Maldemé à Le Poiré-sur-Vie (85). Signification : peut-être la mauvaise demeure. On trouve d'ailleurs un hameau appelé la Maldemeure à Champigné (49). Seul problème : les deux hameaux cités sont bien loin de la Lorraine, où le patronyme est présent dès le XVIIe siècle.
Maldonado Ce nom signifie en espagnol 'défavorisé' (par la nature ?). C'est un sobriquet en principe péjoratif, dont le sens précis reste à déterminer.
Malé, Maler Le É final renvoyant en principe au suffixe -ER, nous avons regroupé ces deux noms. Etymologie délicate à définir (on reconnaît souvent qu'une étymologie pose problème quand les dictionnaires oublient de mentionner le nom). Première hypothèse, un lieu planté de pommiers (en latin malum = pomme, mais ce mot avait déjà été remplacé depuis longtemps par poma). Autre hypothèse, sans doute plus probable, un nom de personne d'origine germanique, Madalhari, raccourci en Malhari (madal = conseil, réunion + hari = armée).
Malecki Nom polonais qui correspond à l'adjectif malec (= petit). Surnom donné soit à un enfant, soit à un homme très petit.
Malek Nom arabe très courant, qui signifie roi (malik) et fait partie des noms mystiques donnés à Dieu. Autre possibilité : malâk (= ange).
Malenfant Voir Bonenfant
Malengrez Nom surtout porté dans le Pas-de-Calais. Voir Malingrey pour le sens.
Malet Un nom qui pose problème. Pour ma part, j'y verrai bien un diminutif de mal (= mauvais, méchant). Le malet, à l'époque médiévale, serait en quelque sorte le mauvais enfant, par opposition au bonet. Le rapport avec le latin maletum (champ de pommiers) me semble moins pertinent, encore qu'il y ait en France de nombreux lieux appelés le Malet. Autre possibilité : diminutif du nom de baptême Malo (voir Maclou). C'est dans le sud de la France que le nom est le plus répandu (66, 12 notamment).
Maleville Nom rencontré notamment dans le Périgord. Désigne celui qui est originaire d'une localité appelée Maleville. Un village de l'Aveyron porte ce nom, mais aussi de nombreux hameaux dans presque toute la France. Signification du toponyme : le mauvais domaine (latin villa).
Malfait Nom porté dans le département du Nord, également présent dans les Vosges. Sobriquet appliqué à celui qui a un physique peu agréable (contraire de Bienfait).
Malfoy Nom surtout porté dans le Pas-de-Calais et la Somme. Variantes : Malfoi, Malfois. Désigne celui en qui on ne peut avoir confiance (male = mauvaise + foi). C'est le contraire de Bonnefoy.
Malgrain Porté notamment dans le Calvados (également 77, 78), c'est le contraire de Bongrain (78), et sans doute le surnom donné à celui dont la terre ne produit pas de bonnes récoltes.
Malherbe Fréquent dans les Ardennes, rencontré aussi en Normandie et dans la Sarthe, désigne celui qui est originaire d'une localité ainsi appelée, nom porté par de très nombreux hameaux. Sens du toponyme : lieu où l'herbe est mauvaise. Variante : Malherbes.
Malibert Patronyme porté dans les Hautes-Pyrénées. Selon M.T. Morlet, c'est un nom de personne d'origine germanique, sans doute Madalberht (madal = conseil, réunion + berht = brillant). Cependant, on trouve en Limousin la forme Malivert qui laisse penser à une autre origine : soit le mauvais hiver, mais je n'y crois guère, soit plutôt le mauvais aulne (Malivern, de vern = aulne en occitan), toponyme devenu patronyme. On rencontre le nom de famille Maliverne dans le Loiret.
Malin Aucun rapport avec l'adjectif malin, qui n'apparaît dans la langue qu'à la fin du XVe siècle. Il s'agit en fait d'un nom de personne d'origine germanique, Madalin, diminutif de Madal (= réunion, conseil), transformé en Maalin par amuïssement du d intervocalique.
Malingrey Surtout porté dans la Meuse, c'est un diminutif de Malingre (77 notamment), désignant apparemment une personne en mauvais état, malade, éventuellement chétive, maigre : cependant, le mot est tellement rare au moyen âge qu'il faut se méfier de cette interprétation, même si elle peut sembler évidente. Malinge (49) et Malingue (62) sont considérés comme des variantes de Malingre. Autres diminutifs : Malingreau, Malingret, Malingriaux (59).
Malingue Patronyme surtout porté dans le Pas-de-Calais (Hesdin, Boyaval). Semble une forme picarde de l'adjectif malingre, donc un sobriquet s'appliquant à un individu chétif. On trouve d'ailleurs le patronyme Malingre dans un secteur géographique voisin, ainsi que les diminutifs Malingreau, Malingret (59). Cette signification est cependant incertaine, car l'adjectif malingre ne se rencontre pratiquement jamais au moyen âge, sinon comme nom de famille !
Malis Semble une transformation du nom Melis, fréquent en Catalogne. Selon Moll (els Llinatges catalans), il s'agirait d'un nom de personne d'origine arabe, Malih. Equivalent castillan : Meliso.
Malisse Nom porté dans l'Yonne et le Loiret, rencontré aussi en Belgique. Semble correspondre au mot malice, qui signifiait en ancien français méchanceté. Le nom de famille Malice existe aussi en Belgique et dans le Nord-Pas-de-Calais.
Mallard, Mallart voir Maillard.
Mallen Nom porté notamment dans la Drôme et la Savoie, à rapprocher de Mallein, rencontré pour sa part dans l'Isère. Variante : Mallens. Peut-être un toponyme. A noter l'existence de hameaux Les Mallens à Triors et à Châtillon-Saint-Jean (26). On trouve également la Maison Mallein à Châtonnay (38). Il semble cependant, à la lecture de ces lieux, que l'anthroponyme soit antérieur au toponyme. Reste à en connaître la signification.
Malleron Nom porté dans le Cher, dont le sens est incertain. Il pourrait s'agir, comme Malleret, d'un toponyme désignant un lieu planté de pommiers (latin malus). M.T. Morlet en fait pour sa part un diminutif de Mallier (au moyen âge, nom donné au cheval de poste, et sans doute à celui qui consuisait une voiture transportant malles et bagages).
Mallet Nom très répandu dans presque toute la France. Vu la fréquence du patronyme (plus de 22.000 naissances en cent ans), il semble difficile d'en faire un porteur de malles, comme le suggèrent Dauzat et M.T. Morlet. On peut aussi envisager un diminutif de Malo (voir Maclou), mais là encore ce n'est guère vraisemblable, sauf cas particuliers. Restent deux possibilités : soit un diminutif de mal (= méchant, mauvais), soit une variante de Maillet (surnom de celui qui manie cet outil, par exemple un forgeron). Voir également Malet.
Malmanche Nom rencontré dans la Charente et la Vienne. Sobriquet désignant sous toute réserve le possesseur d'un outil mal emmanché, à condition que manche soit ici masculin. A noter l'existence en Dordogne d'une forme Malemanche, apparemment féminine : que pourrait dans ce cas désigner le sobriquet Malemanche ? Peut-être tout simplement un manchot.
Malmedy Porté en Belgique, le nom désigne celui qui est originaire de la ville de Malmédy (province de Liège). Variantes : Malmedier, Malmendier. Le toponyme est mentionné pour la première fois dans une copie du Xe siècle d'un texte de 648 sous la forme monasterio Malmundario. il faut le rattacher à un adjectif latin malmundarius, dont le sens est incertain (sans doute un lieu malsain, par exemple un marécage).
Malmezat Porté dans le Cantal, désigne sans doute celui qui est originaire de Malmeza, lieu-dit à Malbo, dans le même département.
Malnoury Variante de Maunoury (voir ce nom), surtout rencontrée en Côte-d'Or.
Malochet Patronyme surtout présent dans l'Allier. C'est un diminutif de Maloche, rencontré également aux abords du Massif Central (mais plus au sud), qui doit correspondre au nom commun mailloche (gros maillet de bois). Le nom a donné naissance dans l'Allier à un lieu-dit, les Malochets, autrement dit le domaine habité par la famille Malochet (commune de Cosne-d'Allier). Il est possible que certains Malochet soient originaires de ce lieu-dit.
Malsert C'est un toponyme ardéchois, signifiant le mauvais sert. Reste à savoir ce qu'était un sert, terme que l'on retrouve dans le patronyme Dussert, présent dans l'Ardèche et l'Isère, ainsi que dans divers lieux-dits de ces deux départements. Sans doute une variante de l'occitan serra (> serre) qui désigne une ligne de crête, un plateau abrupt.
Maltais Transcription de l'italien Maltese (= originaire de Malte).
Malterre Patronyme surtout présent dans la Creuse, mais rencontré aussi en Bourgogne. Désigne celui qui habite le lieu-dit la Male Terre (= la mauvaise terre) ou qui en est originaire. Le nom de famille Maleterre se rencontre également en Dordogne, mais aussi en Bretagne (29) et en Lorraine (54).
Mamert Patronyme surtout porté dans le Bordelais, rencontré aussi dans le Pas-de-Calais. Correspond au nom de personne latin Mamertus, porté notamment par un évêque de Vienne (Dauphiné), qui aurait institué en Gaule la procession des Rogations (Ve siècle). Il semble que le nom se soit souvent confondu avec Mammès (voir ce nom), comme l'indique la mention "Mammer le pastéeur" (Paris 1292).
Mammès Nom porté notamment dans l'Aube, plus courant sous les formes Mamès (79), Mamet, Mammet (43, 23), Mametz, Mamez, Mammez (Nord-Pas-de-Calais). C'est un nom de baptême correspondant à saint Mamas ou Mammès, berger de Cappadoce, martyr au IIIe siècle, dont la cathédrale de Langres aurait possédé la tête. Le nom a pu être parfois confondu avec Mamert (voir ce nom).
Manach Porté dans le Finistère, le nom se rencontre aussi sous la forme Manac'h. Il désigne en breton un moine (grec monakhos, bas-latin monachus), sans doute sous forme de sobriquet.
Manaï Nom arabe rencontré aussi sous la forme Mannaï. Pourrait se rattacher à la racine consonantique m.n.y = voeu, à l'origine de munya(t), pluriel munâ, tous les deux prénoms féminins. Mais aucune certitude.
Manca Surtout répandu en Sardaigne, c'est un surnom appliqué à un gaucher (équivalent sarde de l'italien Mancini).
Manchy Le nom, rare, est porté dans la Somme. On me signale sa présence autrefois dans le Var. Sens incertain. Il existe un lieu-dit le Fond de Manchy à Allery (80).
Mancino, Mancini D'origine italienne ou corse, c'est un surnom appliqué à un gaucher. Diminutifs : Mancinelli, Mancinella.
Mandet Nom porté dans l'Allier et les départements voisins. Il doit s'agir du diminutif d'un nom de personne d'origine germanique, Mando (mand = joie). Autre hypothèse, un diminutif par aphérèse d'un nom comme Armand.
Mandin Nom fréquent en Vendée et dans les départements voisins. Il s'agit sans doute d'un hypocoristique du prénom Armand (voir ce nom). Autre possibilité : diminutif du nom germanique Mand(e), formé sur la racine mand = joie. Doubles diminutifs : Mandinaud, Mandineau (Poitou-Charentes).
Mandine Nom porté dans les Bouches-du-Rhône (rencontré aussi dans les Alpes-Maritimes, avec sa variante italienne Mandina). Il s'agit en principe d'un matronyme, hypocoristique d'Armande (voir Armand), ou encore formé sur le nom germanique Mande, Mando (racine mand < mendi = joie). On me signale l'existence d'un lieu-dit Mandine près d'Arles, mais il devrait être formé sur le nom de personne.
Mandot Nom surtout porté dans le Maine-et-Loire. On trouve en Bretagne la forme voisine Mandeau. Semble le diminutif d'un nom de personne d'origine germanique, Mando (racine mand = joie). Autre possibilité, diminutif de Mandé (voir Maudez, dont Mandé est une variante).
Manehouville Originaire de la commune de Manéhouville, dans la Seine-Maritime.
Maneix Equivalent limousin de Manet, diminutif du nom de personne d'origine germanique Man (Mano = homme).
Manenti Nom italien qui corespond au français manant, et désigne le paysan attaché à une terre.
Manet On rencontre ce nom de famille à la fois dans le Nord et aux abords du Massif Central (24, 43). On peut le considérer comme un diminutif du nom de personne d'origine germanique Mano (man = homme), mais c'est le plus souvent un toponyme. En Normandie et sans doute dans le Nord il désigne un manoir. Je ne sais pas s'il en est de même plus au sud (il semble qu'il s'agisse plutôt d'un ruisseau). De très nombreux hameaux s'appellent (le) Manet.
Manfé Nom porté en Lorraine (57, 54). Sens incertain. Je n'ai hélas rien à proposer de solide.
Mange, Mangé On trouve le nom Mange surtout dans l'Est, où il est un hypocoristique de Demange (= dimanche, mais surtout Dominique). On rencontre aussi le nom Mangé, apparemment en Savoie, dont l'origine est tout autre. Il pourrait s'agir d'un nom d'origine germanique, *Mangari (Man = homme + gari = lance), mais il faut également envisager l'hypothèse retenue par M.T. Morlet, pour qui le nom Mangier évoquerait le repas que le vassal devait plusieurs fois par an à son suzerain (on a du mal cependant à comprendre comment cela a pu donner naissance à un patronyme).
Mangel, Mangin, Mangeon, Mangeot Diminutifs de Demange (voir ce nom), qui sont des hypocoristiques formés par aphérèse. On les trouve dans le 54, le 55, le 57 et le 88, autrement dit dans l'ensemble de la Lorraine.
Mangiagalli Nom italien. Au sens propre celui qui mange les poules, au sens figuré un voleur de poules, la dernière interprétation semblant la meilleure.
Mangiapan Egalement Mangiapane, c'est un surnom italien dont la traduction est claire : "celui qui mange le pain". Mais le verbe mangiare peut avoir dans cette expression un sens figuré (piller, dérober, exploiter). Difficile de donner la bonne interprétation.
Mangin Diminutif de Demange (voir ce nom) très fréquent en Lorraine (54, 88 notamment).
Mangolf Nom rare rencontré dans la Creuse (également présent en Lorraine). C'est un nom de personne d'origine germanique, apparemment *Managwulf (manag = beaucoup + wulf = loup).
Mangou Nom porté dans les Deux-Sèvres. On trouve en Charente les variantes Mangout, Mangoux. Aucune idée pour l'instant.
Manibal Nom porté dans l'Hérault ainsi que dans le Rouergue. Il devrait s'agir d'un toponyme signifiant 'le grand vallon'. On trouve de nombreuses formes voisines : Maneval (07, 42, 43), Manhaval (12), Manheval (15), Manhiabal, Maniabal (34), Maniaval (15, 34).
Manilève Surtout porté dans le Tarn, le nom correspond apparemment au verbe occitan manlevar (= emprunter, mais aussi jurer, prêter serment en levant la main, catalan manllevar). A noter aussi que le mot manleva peut désigner la bascule d'un puits. Il existe dans le Lot un lieu-dit la Manilève (commune de Sabadel-Latronquière), qui incite à penser que notre nom pourrait être un toponyme. On rencontre le nom de famille Lamanilève dans le Lot.
Maniquaire Patronyme surtout porté dans la Nièvre. Désigne celui qui fabrique des maniques, un mot qui en ancien français peut avoir plusieurs sens : gantelet, brassard d'acier, menottes, bracelet, également manche d'outil.
Mankouri Nom porté en Algérie, formé avec le suffixe d'appartenance -i sur un nom arabe qui pourrait être mankûr (= ignoré). Autre possibilité : manqûr (= creusé).
Mann Patronyme fréquent en Allemagne et dans l'Est. C'est un nom de personne d'origine germanique qui signifie homme.
Manoury Variante de Maunoury (voir ce nom) fréquente en Normandie (76, 61).
Manouvrier Nom surtout porté dans le Nord-Pas-de-Calais (variante : Manouvriez) et dans la Creuse. Désigne celui qui travaille avec ses mains, le mots ayant très vite été utilisé avec le sens d'ouvrier agricole (également celui qui est corvéable). Autres formes : Maneuvrier, Manoeuvrier (18).
Mansat Originaire du Massif Central (63, 23), ce nom correspond à l'ancien français manse (= exploitation rurale, à l'origine de l'occitan mas) accompagné du suffixe -at, fréquent en Auvergne. Il s'agit d'un toponyme devenu patronyme, qui pourrait correspondre à la commune de Manzat, dans le Puy-de-Dôme, département où l'on trouve aussi le lieu-dit le Manzat. Quant à la Creuse, on y rencontre le village de Mansat, près de Bourganeuf, qui est peut-être la piste la plus sérieuse.
Mansbendel Nom porté surtout à Mulhouse, où il est présent depuis 1646. Il s'agit au départ d'un nom allemand, Malsbenden, venu de Cologne (merci à l'internaute qui m'a communiqué ce renseignement). Quant à Malsbenden, c'est un toponyme qui signifie prairie marécageuse, selon Bahlow (Deutsches Namenlexikon). Une localité porterait ce nom, près de Kermeter (Rheinland).
Mansion C'est en Moselle que le nom est le plus répandu, mais on le trouve aussi dans d'autres départements (41 notamment) ainsi qu'en Belgique. Il correspond en principe à l'ancien français mansion (= demeure, maison), mais on peut aussi penser à un nom de personne d'origine germanique, Mantio (racine man = homme).
Mansour Nom de personne arabe, manSûr, signifiant "le vainqueur". Dérivés : Mansouri, El Mansour, El Mansouri (également Elmansour, Elmansouri, Elmanssouri).
Manteau Nom surtout porté en Poitou, également présent dans l'Aisne. Surnom donné au porteur d'un manteau, à un marchand de manteaux. Variante : Manteaux (60), Mantaux (80, 70), Mantel (62, 80).
Manuel Forme avec aphérèse du nom de baptême Emmanuel (voir ce nom), très fréquente dans la France du sud.
Manvieu Patronyme porté dans le Calvados (variante : Manvieux). Peut désigner celui qui est originaire de Manvieux, près de Bayeux, mais c'est aussi un ancien nom de baptême, comme l'attestent deux villages : Saint-Manvieu-Bocage, près de Vire, et Saint-Manvieu-Norrey, près de Caen. La forme d'origine est Manovic, nom de personne d'origine germanique (man = homme + wic = combat). Saint Manvieu fut évêque de Bayeux au Ve siècle.
Manyach Nom catalan porté notamment à Céret (66). Surnom donné à celui qui est gentil, doux (catalan manyac).
Manyeres Nom porté dans les Pyrénées-Orientales. Variantes : Manieras, Manyeras. Sens obscur. Pourrait être une variante de Mayneris (voir ce nom).
Manzagol Celui qui est originaire de Manzagol, nom d'un village de la Corrèze (un puy porte également ce nom).
Mappas Patronyme rencontré en Limousin (87) et en Périgord (24). C'est d'ailleurs tout à fait normal, puisque un hameau situé à la limite des deux régions porte ce nom. Je ne connais pas les formes anciennes du toponyme, mais il ressemble beaucoup à des lieux-dits fréquents dans le Sud, appelés le Malpas (= le mauvais passage). On rencontre également le patronyme Mapas en Charente, l'origine semble la même.
Marandeau Nom rencontré en Vendée et dans le Maine-et-Loire. C'est un diminutif de marand, marande, termes qui désignent généralement des étangs (éventuellement des marais salants, ce qui correspond assez bien à la région).
Marano, Marani Nom italien pour lequel on a émis plusieurs hypothèses. La plus vraisemblable est une variante de Marrano, désignant un juif converti. Mais il faut aussi penser à Maran (Frioul), terme désignant une ville bâtie autour d'une place (l'équivalent de nos bastides). Autre hypothèse : variante de Merano, localité de Calabre.
Maratuech Nom porté dans le Lot. C'est une variante de l'occitan maladrech, maladuech, désignant une personne maladroite.
Maraval Il s'agit d'un toponyme. Plusieurs hameaux ou lieux-dits portent ce nom en Languedoc. Il s'agit en principe d'une déformation de Malaval (= la mauvaise vallée).
Marbeuf Nom fréquent en Loire-Atlantique, ainsi que dans les Deux-Sèvres. Désigne celui qui est originaire de la localité portant le même nom. Il existe un village du nom de Marbeuf dans l'Eure, mais le toponyme existe aussi en Loire-Atlantique (commune de Montbert). Il s'agit en principe d'un toponyme d'origine gauloise formé sur les racines maro (= grand) et bodica (= terre en friche).
Marc, March Il s'agit du nom de baptême Marc (latin Marcus, formé à partir du nom du dieu Mars), popularisé par l'évangéliste. La forme March est catalane.
Marcadieu Nom porté dans le Sud-Ouest (40, 64). Désigne celui qui est originaire d'une localité appelée (le) Marcadieu, toponyme ayant le sens de "petit marché" (mercadiu). De nombreux hameaux portent ce nom, notamment dans le Gers et les Hautes-Pyrénées. Variantes : Mercadieu (40, 33), Mercadiel (47, département où l'on trouve le hameau de Mercadiel, commune de Dausse).
Marcaurelle Le nom est très rare (deux abonnés au téléphone en France aujourd'hui). Son origine géographique n'en est donc que plus difficile à trouver. Quant au sens, la tentation est grande d'y voir le nom de personne latin Marc-Aurèle (Marcus Aurelius). Mais il semble plus raisonnable d'envisager la déformation d'un autre nom : peut-être le toponyme Marconnelle (nom d'une commune du Pas-de-Calais), mais plus certainement le nom de famille Marcorelle, Marcorelles, présent en Languedoc (surtout département de l'Aude). Il doit s'agir au départ d'un nom de lieu, mais je suis incapable de savoir où il se trouve.
Marcé Variante de Mercer (transformation du é en a, fréquente en Roussillon), qui représente un nom de métier, le mercier (latin *merciarius = boutiquier). Au moyen-âge, le mercier ne se contente pas de vendre boutons et autres menus objets, c'est un marchand, souvent ambulant, vendant un peu de tout.
Marceau Nom fréquent dans de nombreuses régions de France. C'est dans la Nièvre qu'on le rencontre le plus souvent. Il s'agit d'une autre forme du nom de baptême Marcel. Popularisé par plusieurs saints, Marcel est un nom de personne d'origine latine, Marcellus, diminutif de Marcus. On trouve le patronyme Marcel surtout dans la Drôme et le Sud. La variante Marceaux est essentiellement bourguignonne.
Marcelin Diminutif de Marcel (voir Marceau) porté dans diverses régions (c'est aujourd'hui en Guadeloupe et en Martinique qu'il est le plus répandu). Autre forme : Marcellin (Sud-Est). Avec d'autres suffixes : Marcelat (71), Marcelaud, Marcellaud (87, 24, 23), Marcelet (70), Marcelon, Marcellon (33, 23), Marcelot, Marcellot (18, 23), Marcelou (33, 24).
Marchais Désigne selon les dictionnaires celui qui est originaire d'une localité ou habite un lieu-dit appelé Marchais. Sens du toponyme : lieu marécageux (bas-latin mercasium, à rattacher sans doute au francique marisk). C'est dans le Centre-Ouest que le nom est le plus répandu (37, 36, 17). Variantes : Marchai (17), Marchaix, Marcheix (87), Marcais (72, 53). Il existe cependant une autre possibilité, du moins pour le Berry, où l'adjectif marchais signifie rusé.
Marchal Nom fréquent dans l'Est. C'est une forme contractée de Maréchal, nom qui désigne un maréchal-ferrant.
Marchand Très fréquent dans toute la France, ce nom désigne évidemment un marchand. Origine : le latin mercatus (marché) a sans doute donné le verbe *mercatare, dont le participe présent *mercatantem est devenu marcheant, puis marchand.
Marche Nom que l'on rencontre à la fois dans les Deux-Sèvres et dans la Corrèze. Désigne celui qui est originaire d'une localité ou d'un lieu-dit ainsi appelé. En ancien français, le mot marche signifiait frontière, limite.
Marché On rencontre ce nom dans l'Indre-et-Loire. Peut-être celui qui habitait près du marché, ou encore le surnom d'un marchand. Mais il peut s'agir d'une variante de Marchais, toponyme désignant un lieu marécageux.
Marchelie Nom rare porté en Dordogne. Semble un toponyme, dérivé de marcheil (= marécage, prairie humide), mais aucun lieu-dit connu ne paraît correspondre.
Marchese Plus courant sous la forme plurielle Marchesi, ce nom italien correspond au français marquis. Il s'agit soit d'un sobriquet ironique, soit de celui qui dépendait d'un marquis (qui possédait des terres dépendant d'un marquis, ou encore domestique d'un marquis). Dérivés : Marcheselli, Marchesiello, Marchesini.
Marchesseau Diminutif de Marchais (voir ce nom) rencontré en Charente-Maritime. Autres diminutifs : Marchaisseau (37), Marchessaud, Marchessaux, Marchesseaud, Marchesson, rencontrés pour la plupart dans la région charentaise. Egalement Marchessou, Marchessoux (87, 23).
Marchetto Diminutif italien de Marco (= Marc). Autres formes : Marchetti, Marchello, Marchelli, Marchin, Marchini, Marcuccio, Marcucci, Marcuzzo, Marcuzzi, et bien d'autres !
Marchewka Nom d'origine polonaise, formé sur marchew (= carotte). Plutôt qu'à un producteur de carottes, il faut sans doute penser à un surnom donné à un rouquin.
Marcillaud, Marsillaud Patronyme assez fréquent en Limousin (également 24, 17). C'est un diminutif de Marcille, Marsille, ancien nom de baptême formé sur le latin Marcilius (diminutif de Marcius).
Marco, Marcos Formes italienne et espagnole du nom de baptême Marc. Les deux formes peuvent aussi être portugaises.
Marcombe, Marcombes Surtout porté dans le Cantal, désigne celui qui est originaire de Marcombes, hameau de la commune de Valette (15). Sens du toponyme : la mauvaise combe.
Marcon Assez répandu dans le Forez, c'est sans doute un diminutif de Marc, formé avec le suffixe -on fréquent dans cette région. A noter cependant que M.T. Morlet propose un nom de personne d'origine germanique, Marco, Marconis (formé sur marca = frontière).
Marconi Patronyme italien dérivé de Marco (suffixe augmentatif -one, le i final marquant la filiation), qui correspond au prénom Marc.
Marcot Diminutif du prénom Marc rencontré surtout dans les Vosges.
Marcotte Assez courant en Picardie, c'est un diminutif du prénom Marc, éventuellement un matronyme. Autre possibilité : sobriquet lié à la belette (wallon marcote). Variante anglaise : Marcott.
Marcou Soit un diminutif de Marc, soit plutôt un nom de personne d'origine germanique, Marcwulf (marca = frontière + wulf = loup). Patronyme assez fréquent dans l'Hérault et le Tarn, où l'on trouve aussi la variante Marcoul.
Marcout Autre forme de Marcout, portée notamment dans le Nord et la Haute-Saône. A noter qu'un lieu-dit s'appelle Saint-Marcout à Saint-Crépin-aux-Bois (60).
Marcoux Soit une variante de Marcou, soit le plus souvent celui qui est originaire d'une localité appelée Marcoux. Deux villages portent ce nom, l'un dans les Alpes-de-Haute-Provence, l'autre dans la Loire. Or, c'est justement dans la Loire que le patronyme est le plus répandu. Le village de la Loire est mentionné sous la forme Mercurio en 1020, et renvoie donc à Mercure, soit nom du dieu romain, soit nom de personne.
Marcus Forme latinisée du nom de baptême Marc, qui peut venir de nombreux pays, depuis la Scandinavie jusqu'à la Roumanie (dans ce dernier pays, la forme courante pour Marc est Marcu).
Marcuzzi Nom italien, l'un des nombreux diminutifs du nom de baptême Marco (= Marc), qui est également à l'origine du patronyme Marchi (le i final marque la filiation). Autres diminutifs très courants : Marchetti, Marcucci, Marcolini…

 

  Retour à la page d'accueil du dictionnaire